a - Règle de la bioéthique

Le procès de Nuremberg

 

A la fin de la seconde Guerre Mondiale, le Procès de Nuremberg a dénoncé les atroces expériences exercées dans les camps de concentration. A titre d'exemple, on a découvert que des juifs avaient été placé dans des cages réfrigérées, puis sortis à intervalles de temps réguliers pour savoir combien de temps un homme pouvait survivre à de telles températures. Ces expériences médicales conduites par des médecins allemands ont entraîné, à l'issue du "Procès des Docteurs", la création du Code de Nuremberg pour maîtriser les futurs procès concernant des sujets humains. Le code de Nuremberg est définit par les principes fondamentaux qui devraient être observés pour satisfaire aux concepts moraux, éthiques et légaux. Ces 10 principes sont:


1. Le consentement volontaire du sujet humain est absolument essentiel.
2. L’expérience doit avoir des résultats pratiques pour le bien de la société et impossible à obtenir par d'autres moyens.
3. L’expérimentation humaine ne doit être envisagée qu'après une expérimentation sur l'animal.
4. L’expérience doit être pratiquée de façon à éviter toute souffrance non nécessaire.
5. L’expérience ne doit pas être tentée quand il existe une raison a priori de croire qu'elle entraînera la mort ou l'invalidité du sujet.
6. Les risques encourus ne devraient jamais excéder l'importance humanitaire du problème que doit résoudre l'expérience envisagée.
7. On doit écarter du sujet expérimental toute éventualité susceptible de provoquer des blessures ou la mort.
8. Les expériences ne doivent être pratiquées que par des personnes qualifiées.
9. Le sujet humain doit être libre de faire interrompre l'expérience.
10. Les scientifiques expérimentateurs doivent être libres de faire interrompre l'expérience.

 

 

 

C'est ce code qui est à la base de la bioéthique actuelle. Le clonage reproductif est ainsi lourdement remis en question, d'autres solutions existant déjà pour les personnes ne pouvant pas avoir d'enfants. Ils peuvent en effet adopter un enfant ou faire appel à une banque de sperme. Le clonage reproductif n'est donc pas " impossible à obtenir par d'autres moyens. Cette technique est très peu fiable: 99,9% d'échecs.

De plus, aucune certitude n'existe quant à la bonne santé des clones naissant.  En effet, chaque division cellulaire est accompagnée d'un raccourcissement des télomères qui décroissent avec l'âge, jusqu'à atteindre une taille critique au-delà de laquelle surviennent des anomalies de la division. En d'autres termes le transfert du noyau d'une cellule adulte ne remet pas " l'horloge biologique " des chromosomes à zéro. 
Serait-il alors moral de transmettre à sa descendance un patrimoine dégénéré?
Dans le cadre du clonage thérapeutique, le problème des cellules souches est le plus grand inconvénient de la technique. Ces cellules souches embryonnaires qui doivent être cultivées peuvent tout à fait avoir une modification du génome qui pourrait être désastreuse lorsque ces cellules seront réimplantées chez le malade.

 

Cellule souche en developpement

 

 


Ces cellules souches présentent également un autre inconvénient. Ces cellules souches peuvent se diviser indéfiniment et deviennent alors très cancérigènes. Des tests chez la souris ont montré que les cellules pouvaient se transformer en tumeurs!
Les recherches sur le clonage sont encore ainsi très difficiles et la transposition de la technique à l'homme risque de poser de nombreux problèmes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

6 votes. Moyenne 3.33 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site