c - Où en est-on ?

Le clonage animal, a commencé dans les années 52-53 avec une équipe américaine qui voulait répondre à des questions fondamentales en biologie : " quels sont les mécanismes génétiques, biologiques à la base de la différenciation cellulaire ?" Et c'est pour ces raisons là que ces scientifiques américains commencèrent à cloner les batraciens.

Les anglais dans les années 60 ont cloné des têtards.Cete expérience fut un échec, ils ne se développèrent pas à une ou deux exceptions près.Le clonage semblait alor très difficile. Il était peut-être réservé à des vertébrés inférieurs et il était certainement impossible chez des mammifères.
Le clonage des mammifères débuta réellment dans les années 80 sur les brebis .Ce que l'on fit à l'époque consista à prendre l'embryon, isoler les blastomères, transférer ces derniers à des ovocytes énuclées. Les blastomères sont totipotents donc donnent plusieurs clones de mammifères : brebis puis lapin puis vache.

L'aboutissement des ces recherches sera la naissance de la brebis Dolly.Elle sera obtenue par reproduction asexuée à partir ce cellules adultes.

Le but de ce clonage était d'obtenir des animaux transgéniques pour fabriquer des substances intéressantes dans leur lait. 
Aujourd'hui,la maitrise du clonage reproductif concerne cinq espèces de mammifères : les brebis, les bovins, les porcins, les souris et les chèvres.

Pour autant le clonage animal n'a toujours rien d'une technique simple, sûre ou facile, et les ressorts scientifiques en sont encore pour une bonne part inconnus. Chaque clone demeure un exploit technique obtenu au prix de nombreuses tentatives, impliquant la souffrance et la mort de nombreux individus.

exemple : diagramme ci-dessous

Dans le domaine de la médecine humaine, le clonage animal suscite de grands espoirs. Deux pistes sérieuses existent actuellement : les animaux « usines à médicaments » (ou bio réacteurs) et les animaux donneurs d'organes. Dans les deux cas, il s'agit en quelque sorte d'améliorer " la recette " qui a permis de créer Dolly, en modifiant le patrimoine génétique de la cellule « donneuse » avant de l'introduire dans l'ovocyte.
Pour les animaux bio réacteurs, la modification en question consiste à greffer un gène supplémentaire dans l'ADN de la cellule, pour faire produire à l'animal qui naîtra finalement du clonage, une protéine qu'il ne fabrique pas naturellement.Cette protéine d’intérêt pharmaceutique pourra ensuite être extraite du lait de l'animal arrivé à l'âge adulte pour en faire un médicament.

     Si les éleveurs ne se sont pas encore lancés à corps perdu dans la fabrication de médicaments biotechnologiques, c'est que les résultats de laboratoire, pour spectaculaires qu'ils soient, demeurent encore très éloignés d'une quelconque rentabilité économique. Pour le dire simplement : les clones sont trop difficiles à produire, le transfert de gène trop aléatoire et le manque à gagner trop important.

 

 

La prochaine grande percée scientifique sera: la xéno transplantation (la greffe d'organes de l'animal à l'homme).Le clonage étant perçu comme un moyen de multiplier très rapidement des animaux (on pense surtout au porc) possédant un patrimoine génétique adapté à la greffe d'organes. Les mutations génétiques opérées sur la cellule donneuse viseraient à rendre les organes de l'animal immunologiquement compatibles avec celle de l'homme.

Des chercheurs ont réussi tout récemment pour la première fois à cloner des porcs. Les recherches indiquent qu'il est sans doute possible d'ajouter à cette opération de clonage l'étape de mutation génétique qui rendrait les clones immunologiquement plus compatibles avec l'homme.

On suppose aussi que des cellules souches pourraient, dans des conditions adéquates et extrêmement délicates, se différencier et se multiplier en tissus particuliers (foie, rein, sang, moelle épinière, etc.). Il y a ainsi possibilité' d'obtenir sur " commande ", des tissus ou des organes pour effectuer une greffe, sans avoir pour cela à attendre le décès d'un donneur sain immuno-compatible. Statistiquement, une cinquantaine de lignées bien choisies de cellules souches suffisent pour couvrir la totalité de la population d’un point de vue immuno-compatibilité (groupe sanguin, histocompatibilité, rhésus, etc.).

Ce sont ces cellules qui sont à la base de l'espoir suscité par le clonage thérapeutique. Les premiers essais ont été effectués chez la souris. Le passage à l'homme n'est pas sans obstacles.

Le clonage suscite l'intérêt de tous les gouvernements et groupes industriels et financier. Cette science est très difficile à manier, les finances engagées sont énormes et peuvent amener quelques sérieuses dérives comme celle, par exemple, du Professeur Hwang Woo-Suk et de son équipe.

 

 

 


     En 2004, Le professeur Hwang de l'université nationale de Séoul et son équipe publient un article dans Science annonçant qu'ils sont les premiers au monde à avoir réussi à cloner un embryon (production de cellules souches). Le 16 décembre 2005, Hwang reconnaît qu'il a manipulé les résultats de ses travaux sur les embryons humains. Le 23 décembre, une commission d'enquête de l'Université de Séoul conclut que ses résultats sont falsifiés. Hwang a démissionné de ses postes universitaires.

Du point de vue des facteurs qui ont favorisé un tel emballement, deux remarques s'imposent : 


-  Les promesses d'innovation thérapeutique et les inquiétudes d'ordre éthique qui entourent le clonage humain font bénéficier les recherches en ce domaine d'une forte couverture médiatique, que ce soit de la presse scientifique spécialisée ou des medias généralistes . 

-  Cet intérêt suscite de fortes pressions scientifique et populaire .Tout progrès spectaculaire en ce domaine assure en effet à ses auteurs la reconnaissance de leurs pairs, celle des autorités politiques du pays où les résultats ont été produits, et des sentiments généralement forts et contrastés du grand public .

 

Voici un recapitulatif de l'avancé du clonage

 

1903

 

 

 

 

 

Apparition du mot  clone 

 

Le botaniste H.J. Webber utilise pour la première fois le mot « clone », pour désigner des plantes reproduites par reproduction asexuée.
1935

 

 

 

 

 

Première évocation d'un transfert de noyau 

 

Le prix Nobel de médecine Hans Spemann évoque la possibilité de transplanter des noyaux de cellules dans des ovocytes. Il songe faire des expériences chez la grenouille. 

 

1952

 

 

 

 

 

Clonage de grenouilles par transfert de noyau de cellules embryonnaires 

 

 

Les américains Robert Briggs et T.J. Kings réalisent un transfert de noyau de cellules embryonnaires de grenouilles dans un ovocyte « dénoyauté ». Le but n'est pas de cloner mais d'étudier les propriétés des cellules. Quelques têtards naissent. 
1962

 

 

 

 

 

Clonage de grenouilles par transfert de noyau de cellules adultes 

 

Le biologiste britannique J.B. Gurdon annonce le clonage d'une grenouille à partir d'une cellule différenciée de l'intestin. Le but est encore d'étudier les propriétés des cellules. Quelques têtards se développent mais l'expérience est controversée : les cellules étaient-elles vraiment différenciées ? Gurdon reproduira avec succès l'expérience en 1970. 

 

1979

 

 

 

 

 

Première tentative de clonage humain 

 

L'américain L.B. Shettles tente la première expérience de clonage humain, en greffant des cellules germinales dans des ovocytes « dénoyautés ». Des embryons se seraient développés pendant quelques divisions. 

 

1981

 

 

 

 

 

Tentative de clonage de souris par transfert de noyau de cellules embryonnaires 

 

 

L'allemand Karl Illmense et l'américain Peter Hope revendiquent la naissance de trois clones de souris obtenus par transfert de noyaux de cellules embryonnaires. Mais une enquête remet en cause ce résultat. En réalité, l'expérience est possible mais à un stade plus précoce que celui des embryons de Illmense et Hope. 

 

 

1984

 

 

 

 

 

Clonage d'un mouton par séparation des cellules d'un embryon 

 

 

L'anglais Steve Willadsen réussit à cloner un mouton par séparation des cellules d'un embryon. L'expérience sera ensuite réalisée sur des bovins, des lapins, des cochons et des singes. Certains commencent à envisager le clonage comme une solution pour les couples éprouvant des difficultés à procréer. 

 

 

1994

 

 

 

 

 

- Quatre veaux clonés par séparation des cellules d'un embryon

- Nouvel essai chez l'homme sur des embryons non viables

- Premières lois de bioéthique
 

 

- Quatre veaux du Wisconsin sont clonés par la technique mise au point par Willadsen.


- L'américain Robert Stillman clone et cultive 17 embryons humains non viables, jusqu'au stade 32 cellules pour certains, dans l'optique d'augmenter les chances de grossesse par fécondation in vitro.

- Le Parlement français adopte un projet de loi sur la bioéthique, qui condamne notamment le clonage reproductif humain.

 

 

1996

 

 

 

 

 

Naissance de Dolly, la brebis clonée ? partir d'une cellule de glande mammaire. 

 

Ian Wilmut et son équipe du Roslin Institute, en Ecosse, assistent à la naissance de la brebis Dolly, premier mammifère obtenu par transfert de noyau de cellule adulte. Cette technique est la même que celle que Gurdon a utilisé en 1962 pour cloner des grenouilles. Dolly sera euthanasiée en 2003 pour des problèmes pulmonaires (il n'a pas été démontré de lien avec un vieillissement prématuré). 

 

 

1997

 

 

 

 

 

- Naissance de Dolly, brebis clonée et transgénique

- Naissance d'un singe rhésus, clonés par transfert de noyau de cellules embryonnaires.
 

 

 

- Ian Wilmut et son équipe récidivent avec Dolly, brebis clonée et transgénique : elle produit dans son lait une protéine humaine aux propriétés thérapeutiques.


- L'équipe de Don Wolf, dans l'Oregon, réussit à cloner un singe rhésus par transfert de noyau de cellule embryonnaire.

 

 

1998

 

 

 

 

 

Naissance de Marguerite, première vache française clonée. 

 

Marguerite, première vache française clonée, voit le jour dans une ferme de l'INRA. Elle est le résultat d'un clonage par transfert du noyau d'une cellule foetale de muscle. 
1999

 

 

 

 

 

Nouvel essai sur l'homme. Des chercheurs coréens clonent une cellule somatique de femme infertile. Ils laissent l'embryon résultant se développer jusqu'au stade 4 cellules. 

 

2000

 

 

 

 

 

Premiers clones de cochons 

 

Les premiers clones de cochon sont obtenus par transfert de noyau de cellule adulte. Ils représentent un espoir pour les xénogreffes. 
2001

 

 

 

 

 

- Premiers cochons transgéniques clonés


- Nouvelle tentative chez l'homme
 

 

 

- PLL Therapeutics annonce la naissance des cinq premiers cochons transgéniques clonés en Ecosse. Ils résultent d'un transfert de noyau de cellule adulte.

- Nouvelle tentative de clonage humain : Advanced Cell Technology créé un clone qui ne dépasse pas le stade précoce de 6 cellules. La firme insiste sur le caractère thérapeutique de ses recherches.

 

2002

 

 

 

 

 

- Premier clone de chat



- Annonce du premier clone humain par la secte des raéliens
 

 

- Au Texas, Max Westhusin et son équipe ont réussi ? cloner un chat domestique, Cc (pour Carbon copy), par la même technique que celle qui a donné Dolly.

- La secte des raéliens annonce la naissance du premier bébé cloné, Eve. On attend toujours les preuves...

 

2003

 

 

 

 

 

- Projet de révision des lois de bioéthique


- Naissance de la génisse Fut, premier animal cloné d'Afrique


- Naissance du poulain Proméhée, premier cheval cloné premier animal cloné porté par sa mère génétique

 

- Le projet de révision des lois de bioéthique est adopté en première lecture au Sénat et en attente de seconde lecture ? l'Assemblée Nationale.

- Fut (“ réplique ” en zoulou) est une génisse issue du transfert de noyau d'une cellule d'oreille d'une vache produisant 78 litres de lait par jour. Née en Afrique du sud, elle est le premier animal cloné d'Afrique.

- Prométhée est le premier cheval cloné au monde. Né en Italie, il résulte d'un transfert de noyau de cellule somatique. Pour la première fois, la mère génétique, celle qui a donné un noyau, est également la mère porteuse.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

7 votes. Moyenne 3.14 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site